L'équipe du SIVU du Verdon fêtera bientôt ses 20 ans d'existence sur la vallée.

En effet ce sont les crues dévastatrices de l'automne 1994 qui ont généré la création d'une brigade mobile  qui soit capable d'anticiper les risques, capable d'intervenir rapidement lors d'un problème particulier sur la rivière, capable d'être un relais important auprès des élus pour dresser les états des lieux, en recenser les priorités d'intervention, préconiser et réaliser des travaux de génie biologique pour les restaurations de rives.

Aujourd'hui l'équipe est constituée de 5 employés et 1 apprenti qui devrait être employé à plein temps à partir du mois d'octobre.

 

Un peu partout en France et particulièrement dans le sud, les catastrophes liées à la proximité des rivières se succèdent. A chaque fois, il s'agit des mêmes raisons: un manque d'entretien du milieu ou bien un manque de vigilance sur l'implantation urbaine.

Le Sivu du Verdon existe sur le bassin versant du Verdon, mais on en serait presque à souhaiter que chaque département ait sa brigade d'intervention rivière. Ce travail de prévention et de veille éviterait de très lourdes dépenses curatives pour les collectivités locales.

Cette année un nouveau plan de gestion a été élaboré par Audrey Fontaine. Il sera notre fil conducteur durant 8 ans.

Ce plan prévoit une continuité dans les entretiens des rivières et un gros travail d'allègement des iscles particulièrement sur le Verdon et sur l'Issole.

Extrait du plan de gestion d'Audrey Fontaine

PROGRAMMATION DES TRAVAUX 2014-2021

Linéaires à traiter
L’élaboration du Programme Pluriannuel d’Entretien a concerné 52 cours d’eau, découpés en 86
tronçons pour un linéaire total de 328 km.
Les cartes du découpage des cours d‘eau en tronçons homogènes sont présentées dans le dossier
« Cartographie » (Cf. CD).

Les travaux de restauration concernent 57 km de cours d’eau, les travaux d’entretien 221 km et la
non-intervention est préconisée sur 107 km.
Les cartes du programme d’entretien (nature des travaux à mener par tronçon) sont présentées dans
le dossier « Cartographie » (Cf. CD).
Linéaire total : 327,7 km
Période
2014--2021
% du linéaire
total
Linéaire à restaurer
56,8 km
17 %

Linéaire à entretenir
221 km
- entretien intensif
21,6 km
7 %
- entretien important
113 km
34 %
- entretien léger
15,8 km
5 %
- entretien ponctuel/localisé
70,6 km
22 %
- non intervention
106,7 km
33 %

Programme de restauration
Différents types de travaux de restauration sont envisagés dans ce programme :
- Restauration des sections d’écoulement (Verdon, Issole en priorité) : dévégétalisation des iscles
par recépage ou essartement
- Restauration des zones de divagation (Verdon, Issole) : abattage, recépage, gestion sélective des
embâcles afin de favoriser une strate arbustive jouant un rôle de frein hydraulique, de piège à
embâcles et de régulation du transport solide (zones de dépôt).
- Gestion spécifique des embâcles sur les secteurs à enjeux (Haut Verdon): abattage en berges de la
pinède ou de la ripisylve affouillée et enlèvement des embâcles dans le lit mineur.
- Restauration des connexions hydrauliques (Verdon, Issole) : réhabilitation des bras de crue
(abattage et élagage sélectif, gestion sélective des embâcles)
- Rattrapage d’entretien (Verdon, Issole, Chadoulin) : les modalités d’interventions sont celles
préconisées en entretien, mais l’état actuel et les enjeux forts sur ces secteurs impliquent une
intervention rapide.
- Entretien de 1er passage (Rouret, Jabron, secteur aval du Riou du Moulin de Soleils): cours d’eau
n’ayant pas fait l’objet d’entretien régulier par le SIVU.
- Lutte contre les espèces invasives (Maïre et affluents, secteur de Castellane) : mise en œuvre de
protocoles d’intervention spécifiques à chacune des espèces (arrachage manuel, écorçage,
dessouchage..). Opérations complémentaires de plantations et de bouturages à envisager
(concurrence végétale).
- Restauration de berges en techniques de génie végétal (Haut Verdon, Maïre) : réalisation
d’ouvrage selon les techniques de fascinage, de tressage, de lits de plançons et de couches de
branches à rejets.
- Revégétalisation par plantations/marcottage sur certains linéaires de berges (Verdon, Ivoire,
Issole).
- Sur le lac de Sainte-Croix, les expérimentations de lutte contre l’érosion (marnage/batillage) par
bouturage seront poursuivies et compétées par la mise en œuvre d’un système anti affouillement
de la première ligne de boutures.
Le programme de restauration est présenté dans un tableau récapitulatif en annexe 3 de ce
document.
PLAN DE GESTION DES BOISEMENTS RIVULAIRES
SIVU DU VERDON - 2013
Verdon et affluents, d’Allos à Ste-Croix

Programme d’entretien
- Maintien des travaux d’entretien sur le Verdon et affluents : abattage et recépage sélectif, gestion
sélective des embâcles pour limiter les apports de bois, régénérer la ripisylve (essences et strates)
et maintenir une végétation adaptée (stabilité des berges, qualité de l’eau), favoriser la vie
piscicole, maintenir le biotope…
- Poursuite des travaux d’entretien des adoux : élagage sélectif, taille en têtards, gestion sélective
des embâcles (désenvasement).
- Entretien des ouvrages de protection : maintenir une strate arbustive en pied d’ouvrage,
empêcher le développement de la végétation dans les espaces intra-digues.
 Echéancier 2014-2021
La Programmation Pluriannuelle d’Entretien définit un programme de travaux sur la base de l’état
des lieux et des enjeux identifiés en 2013. L’échéancier des chantiers à mener sur l’ensemble de la
période 2014-2021 constitue un calendrier théorique : il a vocation à être actualisé chaque année
sur la base des bilans annuels réalisés afin de prendre en compte les évolutions du terrain liées aux
crues et autres imprévus (chantiers non réalisés, nouveaux objectifs de gestion, intempéries….).
Le planning des chantiers 2014-2021 est présenté dans les tableaux qui suivent :
- Afin d’atteindre rapidement l’état souhaité sur les cours d’eau, les travaux de restauration
constituent des priorités d’action et doivent être menés à court et moyen terme. Ils
s’échelonnent ainsi essentiellement sur les trois premières années de la programmation.
- L’estimation du temps de travail nécessaire aux travaux préconisés est exprimée
en « journée SIVU », équivalant à une journée de travail de l’équipe, soit 8 h/jour à 6 agents
(1 chef d’équipe + 5 agents de rivière). En tenant compte des congés payés, des intempéries, des
journées de formation, la base annuelle de journées de travail consacrées aux chantiers en
rivière est de 180 jours.
- Les chantiers nécessitant le recours à une entreprise sont précisés par la mention « Travaux
entreprise »