Limites du secteur: Du pont de Soleils au pont de Carajuan.

Nature des travaux : Restauration, entretien.

Période des travaux : 05/06/08/11.2014.

Moyenne des personnes: 4

Linéaire du secteur : 2100 m

Nombre de jours: 16

Masse d'eau : FRDR259.

 

Etat des lieux*:

 

De Chaudanne à la retenue de Sainte Croix, le régime hydrologique du Verdon est très artificiel, modifié par le fonctionnement hydroélectrique de Castillon et de Chaudanne. Ceci est d'autant plus marqué que les affluents sont peu nombreux et leurs étiages très

 

sévères (Jabron, Artuby). La modification des débits (forts débits hivernaux, variations importantes, absence de crues morphogènes) impacte fortement la dynamique du cours d’eau et le déficit sédimentaire provoque par endroits un enfoncement du lit (vulnérabilité des berges, déconnexion des annexes hydrauliques).

 

De l’aval du Camp du Verdon au pont de Carajuan, le Verdon est relativement encaissé avec des goulots d’étranglement (clues). Il forme de nombreux bras de crue et on observe la présence de petites zones humides (massettes). D’une manière générale, tout ce linéaire est

caractérisé par une fermeture du lit : végétalisation des iscles (jeunes saulaies/aulnaies, peupliers) et colonisation des pins. La fixation des matériaux entraine un exhaussement de certaines terrasses alluviales et on observe d’importants dépôts de bois en entrée de bras (risque de déconnexion).

 

La pression touristique est très forte : sports nautiques, campings, pêche, baignade, route des gorges (D952 en RD avec de nombreux enrochements).

 

Sur ce tronçon, le lit du Verdon reste encaissé et relativement étroit, voir chenalisé en certains endroits (iscle végétalisé à la confluence avec le torrent de la Mentagière). En fin de tronçon, son lit s’élargit, formant une importante zone de dépôt en amont du pont de Carajuan, à la confluence avec le Jabron (apports supplémentaires de matériaux). Ce secteur est une zone de baignade très fréquentée avec des risques importants liés aux embâcles. Le pont présente un risque d’obstruction moyen (pile centrale).

 

La ripisylve est constituée d’une végétation arbustive sur la partie amont du tronçon (saulaies) avec une pinède en RG. Le secteur aval de Carajuan constitue un milieu écologique remarquable : zone de reproduction piscicole, vieille peupleraie blanche en RD. Des robiniers sont présents ponctuellement en RD en aval du pont de Soleils et sur le talus routier en RD en amont de l’iscle de la Mentagière.

 

Une importante anse d’érosion s’est formée dans le dernier méandre en RD où le Verdon est renvoyé par un affleurement rocheux en RG.

 

L’érosion menace la ripisylve (vieux peupliers blancs) et constitue une source d’embâcles importante (risques liés à la baignade).

 

De nombreux abattages préventifs ont été réalisés par le SIVU ces dernières années pour limiter les apports de bois et pour sécuriser la zone. Les travaux d’ouverture d’un chenal de crue et de dévégétalisation de l’iscle réalisés en 2009 n’ont pas permis de limiter l’érosion qui s’est considérablement agrandit avec les crues du printemps 2013.

 

Enjeux*

 

- Hydraulique : D 952, pont de Carajuan

 

- Inondations : camping de Carajuan

 

  • Usages : baignade, sports nautiques, pêche, route touristique (D 952), forte fréquentation estivale

  • Naturel et piscicole (site Natura 2000)

 

Objectifs de gestion*

 

  • Eviter l'érosion

  • Limiter les apports de bois morts en aval

  • Valorisation paysagère et touristique

 

Réalisé: (amont du pont de Carajuan)

 

  • Entretien important de la végétation : abattage des gros arbres affouillés et menaçants de basculer (emprise sur les berges 5 à 10 mètres) pour limiter les apports en aval

  • enlèvement sélectif des embâcles pour garantir la connexion des annexes hydrauliques (entrées de bras) et pour assurer la sécurité des usagers (sports nautiques, baignade).

 

Remarques:Secteur maintes fois signalé par le Sivu pour sa dangerosité et son érosion "chronique" à chaque crue ou à chaque lâcher d'eau important. Jusqu'à lors aucune intervention mécanique n'est envisageable, le site étant répertorié en classement "natura 2000". Or chaque année une quinzaine de mètres d'emprise de rives est érodée par les flux, emportant avec elles les arbres la peuplant. Ce site Natura 2000 a perdu une grande partie de sa surface (et de sa végétation).

 

Au delà du danger réel pour les usagers de l'eau, il est beaucoup plus compliqué d'extraire les arbres du lit du Verdon que de les abatre avant qu'ils ne basculent. Une étude pourrait permettre d'envisager un reprofilage du lit vers la rive gauche de façon à limiter l'érosion et sécuriser la rive droite fortement en péril.

 

P5280006

Arbres basculés dans le lit à la suite des crues de 2013 et des lâchers d'eau consécutifs.

 

P6020009

P5260001

En amont du pont de Carajuan, plusieurs gros sujets (peupliers) sont renversés au milieu du lit du Verdon. À cet endroit, navigation impossible pour les sports nautiques et baignades extremement dangereuses lors des lâchers d'eau. Avant et après l'intervention.

P5280005

P6030012

Grand saule dépérissant en bord de rive. (avant et après)

P6040016

P6030013Coupe du saule

P5280008Débitage de l'embâcle

Un des embâcles représentatif du danger pour les usagers de l'eau:

En saison estivale, les lâchers EDF de 13m2 submergent et dissimulent cet embâcle dont les troncs perpendiculaires au courant présentent un piege dangereux.

Carajuan

 

Retrait des grumes à l'aide d'un treuil adapté au véhicule du gérant du camping municipal.

Carajuan

Réalisé: (Iscle de la Mentagière)

Sur ce tronçon, le lit du Verdon reste encaissé et relativement étroit, voir chenalisé en certains endroits (iscle végétalisé à la confluence avec le torrent de la Mentagière). En fin de tronçon, son lit s’élargit, formant une importante zone de dépôt en amont du pont de Carajuan, à la confluence avec le Jabron (apports supplémentaires de matériaux). Ce secteur est une zone de baignade très fréquentée avec des risques importants liés aux embâcles. Le pont présente un risque d’obstruction moyen (pile centrale).

- Entretien important de la végétation : abattage des arbres affouillés/dépérissants pour limiter les apports en aval (amont du pont de Carajuan), recépage sélectif des iscles pour conserver les sections d’écoulements et pour éviter la chenalisation du Verdon (iscles de la Mentagière), enlèvement sélectif des embâcles pour garantir la connexion des annexes hydrauliques (entrées de bras) et pour assurer la sécurité des usagers (sports nautiques, baignade).

Rougon -Pont de soleils54

Recépage de l'iscle de la Mentagière.

PB030120Après le recépage, brûlage des tas de rémanents.

PB030122

PB060004Zone humide importante en rive droite du Verdon .