Limites du secteur: du pont de la Buissière à l'aval du pont de Villars-Heyssier

Nature des travaux : Entretien. Restauration

Période des travaux : 11/2016

Moyenne des personnes:

Linéaire du secteur : 4 150 m

Nombre de jours programmés: 10

Nombre de jours réalisés:

Crédit de jours:

Masse d’eau: FRDR 265

 

Etat des lieux :*

A partir de la confluence avec la Lance, la vallée et le lit majeur s’élargissent de façon importante. De la Buissière jusqu’au pont du Moulin (environ 10 km), le Verdon présente alors un système de lit en tresse, actif sur une bande de 30 à 200 m de large, formant de grandes zones d’iscles et de multiples chenaux.

Sur ce tronçon, l’espace de divagation du Verdon est contraint en plusieurs endroits par des digues (protection de la D 908, habitations dispersées, campings) ainsi que par différents usages dont l‘emprise est située dans le lit du Verdon (points de resserrement) : ancienne décharge, scierie. Les risques de débordement et d’érosion liés aux crues sont potentiellement accentués par les apports de matériaux importants des affluents sur ce secteur (Lance, Chasse, torrent St Pierre, Riou d’Ondres).

La ripisylve est globalement peu diversifiée, principalement constituée par une forêt alluviale de pins. En bordure du lit et sur les îlots, une ripisylve arbustive plus adaptée, régulée par les crues moyennes, se développe ponctuellement (saules, myricaires, aulnes, peupliers). Le lit a tendance à se refermer en raison du boisement des iscles et de la colonisation des pins sur les terrasses alluviales. L’érosion de berges sur d’importants linéaires constitue des sources d’embâcles importants : en aval de la Buissière en RD (affouillement de la pinède, embâcles dans le lit mineur non traitées), en aval de la Chasse en RG (érosion de versant), en aval de Rioufleiran (affouillement de la pinède en RG et déstabilisation des enrochements de la D 908 en RD).

Le chenal de crue créé au droit de Rioufleiran suite aux crues de 1994 lors de la construction de la digue n’est pas entretenu. Le lit est très végétalisé en aval immédiat du pont de Villars-Heyssier et les matériaux sont bloqués en amont (dépôt en partie lié aux enrochements massifs des deux piles du pont).

Enjeux:*

Hydraulique : digues, D908, pont de Villars-Heyssier, ancienne décharge

Inondations : campings (le Bois Joly et le Haut-Verdon), lotissement, habitats dispersés, scierie

Naturel et piscicole (réservoir biologique)

Objectifs de gestion:*

Eviter l'érosion/ Diversifier les boisements/ Entretien des ouvrages de protection.

Realisé:

De Rioufleiran au pont de Villars-Heyssier (Tranche 1) : élimination des pins affouillés en RD sur une largeur de 5 à 10 m pour limiter les apports en bois, recépage des iscles au pont de Villars.

De la Buissière à la Chasse (Tranche 2) : abattage des résineux sur la zone d’érosion en RD sur 5 à 10 m de large (linéaire de 300 m) Enlèvement des embâcles.

Dévégétalisation des iscles amont/aval au pont de Villars-Heyssier afin de favoriser la reprise des matériaux et d’éviter l’exhaussement du lit au niveau du pont .

Gestion post-crue : enlèvement des embâcles dans le lit mineur de Rioufeiran au pont de Villars (1 400 ml)

Confluence de la Chasse et du Verdon, débitage puis brûlage des embâcles et bois dérivants

PB150048

PB160051

PB170052

PB170053

PB170055

Amont du pont de Villars Heyssier , recépage des iscles et abattage des pins sur une bande de 5m en rive gauche.

 

P6280033

Recépage d'une iscle.

 

P7130060

 

P7190076