Limites: Du pont de Mourefrey à la confluence avec le Verdon.

Nature des travaux : Entretien restauration

Etat des lieux : En aval de la Bâtie, l’Issole entre dans une vallée incisée en V aux versants boisés jusqu’à St André sur plus de 10 km. On ne recense quasiment pas d’occupation. En aval du pont de Mourefrey, on observe un enfoncement du lit. Passé le pont des Sept Arcades, l’Issole débouche dans la plaine du Verdon et traverse St André par le nord-est. A partir du pont de la voie ferrée, le cours d’eau est recalibré et endigué sur environ 600 m avant de rejoindre le Verdon.

La ripisylve est identique à celle des tronçons précédents : ripisylve diversifiée (saules arbustifs, aulnes, frênes, peupliers) et mélangée aux essences de versants (pin sylvestre), végétalisation des iscles par des jeunes perchis d’aulnes. Sur ce tronçon, on distingue deux zones de respiration importantes (divagation et dépôt) :

- en aval de l’ancienne décharge au Travers des Galans : cette zone joue un rôle de frein hydraulique et de piège naturel à embâcles. On constate des sapements de berges, une végétalisation des iscles, de nombreux arbres affouillés et des embâcles dans le lit.

- en débouchant dans la plaine alluviale du Verdon, l’Issole élargit à nouveau son lit même si elle est contrainte en RD pour les besoins agricoles (arbres câblés sur berge) et par un camping. Le diagnostic est le même : fermeture du lit, érosions de berges, embâcles.

Des travaux ont ainsi été réalisés en 2013 par le SIVU pour restaurer les sections d’écoulement : recépage d’iscles, essartement, création d’un bras de crue en RD au droit du camping (recépage dans une aulnaie).

D’une manière générale, l’enfoncement du lit sur ce tronçon provoque des érosions et sapements de berges qui sont accentués par la fermeture du lit. On observe une zone d’érosion en RD en aval du pont de Mourefrey au niveau d’un parc de ruches, qui forme une falaise d’une dizaine de mètres de hauteur (chute des pins). Cette érosion (Issole renvoyé en amont par le versant) est renforcée par l’iscle végétalisée en RG et pourrait à terme menacer la D2.

En amont immédiat du vieux pont en RG, au lieu-dit la Limacière, les berges sont assez hautes et abruptes avec une érosion importante. Un bâtiment menace de s’effondrer. Des travaux ont été réalisés en 2013 afin de dévégétaliser l’iscle en RD (essartement et chenal de crue).

P2230028

 

Prise d'eau du canal d'arrosage de St André les Alpes

 

P1260021

 

Pont de Méouille, débitage et brûlage des embâcles et bois dérivants.

P1260027

 

P1260019