Limites du secteur: Pont d'Allons au lac de Castillon

Nature des travaux : Entretien.

Période des travaux : Mars

 

Etat des lieux : A partir de la Sablière (carrière Martel), le Verdon retrouve un système en tresse jusqu’à la retenue de Castillon et son lit mineur occupe presque tout le fond de vallée (bande active jusqu’à 260 m en aval du pont des 40 m). Les points de resserrement du lit se situent au niveau des ponts (ponts des 40 m et pont de Méouilles) ainsi qu’au niveau des anciennes carrières avancées dans le lit du cours d’eau, la Sablière et le Plan de la Mûre (aujourd’hui plateformes de stockage).

 

Le Verdon traverse une zone agricole. Sur la partie terminale, il est contraint en RD par une digue qui protège la zone urbanisée de St André : habitations, station d’épuration, campings. Le peigne réalisé en RD en aval de la confluence avec l’Issole n’a pas résisté et la berge est affouillée sur tout le linéaire (débordement du Verdon possible en cas de crue). En amont du pont de 40 m, une prise d’eau permet d’alimenter le canal d’arrosage de la Mûre. L’ouvrage est relativement vulnérable aux crues.

 

La végétation est globalement limitée sur ce secteur, notamment en RG par des berges abruptes et érodées (falaise en aval de la Mûre). Un cordon rivulaire (saules arbustifs, aulnes, bouleaux, peupliers) est présent en RD, avec des résineux essentiellement présents sur l’amont du tronçon. La zone humide en queue de retenue (marnage) est un endroit particulièrement riche et intéressant d’un point de vue écologique.

 

Les embâcles non traitées en amont du pont d’Ondres ont tendance à fixer les matériaux (végétalisation rapide des iscles), contribuant ainsi à accentuer les phénomènes de débordements. Lors des crues du printemps 2013, les eaux du Verdon sont montées au pied de la station de pompage de St André, située dans le lit majeur en RD.

 

Des travaux d’extraction de matériaux ont été réalisés au printemps 2013 au Plan de la Mûre. Un chenal de crue a également été réalisé afin de limiter l’érosion en RD qui menace la station de pompage et les embâcles dans le lit ont été traités.

 

Enjeux: Hydraulique : canal d'arrosage de la Mûre, digues, pont de Méouilles

 

- Inondations : plateforme de stockage (ancienne carrière), station de pompage de St-André, campings, habitations, STEP

 

- Usages : sports nautiques, pêche - Naturel et piscicole (réservoir biologique, zone humide)

 

 

Objectifs de gestion: Freiner les écoulements / Limiter les apports de bois (partie amont)/

Eviter l'érosion/ Favoriser les écoulements (partie aval)

 

Réalisé: L'intervention mécanisée de gestion des embâcles réalisée récemment par une entreprise locale a permis de réunir les embâcles en immense tas, mais ne les a pas éliminés. En aval du pont des 40 mètres, un empilement d'embâcles a été en partie calciné mais non débité . Le résultat est afligeant. L'équipe a dû entreprendre le rattrapage par un débitage et un brûlage méticuleux qui s'imposait. Sur le même secteur, divers dépots d'embâcles ont également été traités.

Débitage et retrait d'un embâcle au pied du pont de Méouille.

 

Remarque. La reprise d'un tel chantier (calciné mais non brûlé )a des répercussion sur l'état du matériel que l'équipe utilise pour le débitage. (Usure prématurée des chaines, guides et moteurs des tronconneuses) Répercussion également sur la santé du personnel (particules de suie hautement volatiles et toxiques)

 

DSCF3756

 

DSCF3738

 

DSCF3752

 

DSCF3758

 

DSCF3762

 

 Pont de Méouilles, dégagement et brûlage sous une pile du pont.